librorium, forum de conseils de lecture & cie Index du Forum


En passant...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    librorium, forum de conseils de lecture & cie Index du Forum -> Ateliers -> Nouvelles (vos écrits)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Coconut
Posteur de l'année
Posteur de l'année

Hors ligne

Inscrit le: 13 Déc 2012
Messages: 198
Membre
Localisation: quelque part du côté de l'au-delà
Genre littéraire favori: Fantasy
Féminin 虎 Tigre Balance (23sep-22oct)
Littera: 350
Moyenne de littera: 1,77
Lecture en cours: Mondo et autres histoires, J.M.G. Le Clézio

MessagePosté le: Lun 22 Déc - 18:08 (2014)    Sujet du message: En passant... Répondre en citant

Je passais par là, alors je me suis dit : "tiens tiens, et si je laissais un p'tit truc ?", donc voilà, un p'tit truc que j'ai écrit, il y a un an de cela... *air nostalgique*


Il était une fois un petit garçon banal exilé dans un monde qui ne présentait aucun intérêt pour lui. Ses cheveux étaient roux flamboyant, et ses yeux verts pétillaient d’une vitalité incroyable, cependant, cette énergie ne lui était d’aucune utilité, car il ne trouvait aucun plaisir à vivre. En effet, il passait ses journées cloîtré dans sa chambre car personne ne voulait jouer avec lui, et il ne voulait jouer avec personne.
Heureusement, depuis tout petit, il avait appris à rêver. Étant enfant, il avait imaginé un monde aux couleurs plus éclatantes les unes que les autres, un monde dans lequel la magie existerait et le servirait, un monde dans lequel il serait enfin heureux. Car au fond, chacun cherchait le bonheur suprême, et face à son absence, la meilleure solution avait été de le créer.
Ainsi, dès qu’il s’endormait, une nouvelle réalité hors de l’espace et du temps naissait. Le jeune garçon chevauchait des dragons, vivait des épopées extraordinaires pour aller sauver des princesses au fin fond de royaumes engloutis. Depuis qu’il avait goûté à l’aventure, il ne mangeait plus que ça. Que dis-je ? Il la dévorait, même ! Chaque rêve était pour lui un nouveau défi, qu’il finissait toujours par gagner.
Hélas, depuis quelques temps, le jeune homme se réveillait toujours avant la fin de l’histoire. La première fois, il avait cru à une exception et ne s’en était pas formalisé, mais cela faisait maintenant près d’un mois que cela durait. Alors, pour se divertir, il avait commencé à se poser des questions. Tout d’abord, sur lui. Qui était-il ? Quel âge avait-il ? Puis, sur ce qui l’entourait. Où était-il ? Jusqu’à élargir à l’extérieur, et à l’existence d’autres personnes. Que se passerait-il si le lendemain, il sortait de sa chambre pour aller voir dehors ? Est-ce que l’air était aussi pur de l’autre côté de la fenêtre que dans ses rêves ? Il se sentait avide de découvertes, mais cette fois, il voulait les vivre dans le monde réel. Son désir insidieux ne faisait qu’accroître chaque jour qui passait, et finalement, il décida de prendre son destin en main. Poser ses doigts sur la poignée lui procura un frisson de plaisir. Enfin, il allait savoir. Il voulait toucher, sentir, écouter. Il tira la porte, qui s’ouvrit sur un couloir. Vide. Au bout de ce couloir, une autre porte, en chêne massif cette fois-ci. Au fur et à mesure qu’il s’éloignait de son cocon, le garçon pris conscience de ce qu’il était en train de faire. Fallait-il rebrousser chemin ? Alors que la vie attendait, là-bas, depuis si longtemps ? Il continua sa progression, calmant les battements de son cœur avec difficulté. Il posa sa tête contre le bois et écouta. Dernière étape. Il resta à attendre longtemps, longtemps, longtemps... Avant d’être aveuglé par le soleil du monde.
Je regarde la porte de chêne de la maison aux volets clos s’ouvrir. Je ne savais pas que quelqu’un habitait encore dans cette bâtisse, tout le monde aurait pourtant dû l’avoir désertée depuis longtemps. Un vieillard dont j’ignore le nom en sort. Il me regarde, et me sourit. La profondeur de ses yeux verts me donne envie de pleurer, sans que je sache pourquoi. Je me retiens à grand peine, et lui continue de me fixer ; il ne paraît pas remarquer mon trouble. Puis, soudainement, il s’effondre, et cela ne me surprend pas. Je fonds en larmes. Des larmes de joie.
Je n’attendrai pas que le temps passe, je te promets que je courrai pour qu’il ne puisse pas me rattraper. Puis, quand je serai fatigué, je m’assiérai, et je partirai, heureux d’avoir trouvé le bonheur, comme toi.
***********************
"Le fait que tu sois paranoïaque ne signifie pas qu’ils ne sont pas après toi" (Kurt Cobain)


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 22 Déc - 18:08 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    librorium, forum de conseils de lecture & cie Index du Forum -> Ateliers -> Nouvelles (vos écrits) Toutes les heures sont au format GMT + 3 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  


Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation